Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Études drômoises n° 82

par AUED

Études drômoises du mois de juin 2020 consacre son dossier à la révolution du béton dans ses aspects historiques et techniques en lien avec la Drôme.

Editorial

DOSSIER : La Révolution du béton

Introduction Martial Duvert et Alain Morel  3
Les ouvrages en béton de la Drôme font-ils partie du patrimoine ? Alain Morel  4
Béton, béton armé : notions techniques et historiques… ses applications dans la Drôme Martial Duvert  7
L’immeuble Hennebique, à Paris Histoire d’une prouesse de l’architecte Édouard Arnaud Lucas Lafont 14
La construction du fac-similé de la grotte Chauvet Emmanuel Malécot 18
L’auberge des Dauphins Martial Duvert 22
 
Mai, juin 1940, le périple du 12e bataillon de chars de combat de Valence Alain Coustaury 26
Sur les pas de jeunes Arméniens réfugiés au Liban et en Syrie Jean-Sébastien Gauthier 32
Jean-Pierre et Joseph Franque, des peintres drômois méconnus Jean-Claude Banc 38
 

NOS RUBRIQUES

Courrier 37
Auprès de mon arbre remarquable : le platane Anne-Marie Ravel 40
La Drôme en images : Le mémorial de Mirmande Alain Coustaury 42
Chronique naturaliste : Comme un collier de perles vieilles Philippe Haeringer 44
 

KIOSQUE, BRÈVES

46

Dossier La Révolution du béton

Les ouvrages en béton de la Drôme font-ils partie du patrimoine ?

Alain Morel
En 1818, lorsque L. Vicat obtient une chaux artificielle supérieure en faisant calciner de la craie ou de la chaux pure avec de l’argile, la chaux hydraulique artificielle est née. De nombreuses avancées successives vont sceller son succès. Entre 1867 et 1891, J. Monier invente le « ciment armé », amené à devenir, le béton armé, grâce aux travaux de F. Hennebique ou encore d’A. Perret. En 1928, E. Freyssinet invente le béton précontraint. Dans la Drôme, nombreux sont les exemples d’ouvrages et de bâtiments où les architectes ont mis en valeur les propriétés du béton.

Béton, béton armé : notions techniques et historiques… ses applications dans la Drôme

Martial Duvert
Il faudrait reconnaître que ce sont les Romains qui ont utilisé, les premiers, le béton, certainement pas celui que l’on connaît aujourd’hui, mais bien un matériau fait d’amalgame de calcaire et de pouzzolane, de tuf. L’auteur passe des premières approches du béton au procédé « armé » jusqu’à l’expérience de l’architecte drômois Édouard Arnaud. Il termine son article par un texte sur la production de chaux et de ciment dans la Drôme.

L’immeuble Hennebique, à Paris Histoire d’une prouesse de l’architecte Édouard Arnaud

Lucas Lafont
L’auteur, originaire de Crest, est étudiant en cycle de Master à l’École Nationale Supérieure d‘Architecture de Grenoble (ENSAG). Il nous livre une partie de ses recherches sur l‘architecte Édouard Arnaud, né à Lyon, en 1864, décédé à Crest, en 1943. Il détaille la construction de l’immeuble Hennebique pour lequel l’architecte utilise le béton comme ossature. La finesse des murs et dalles en béton armé optimise l’espace dans ce bâtiment parisien véritable défi historique pour l’architecte drômois.

La construction du fac-similé de la grotte Chauvet

Emmanuel Malécot
L’auteur, de formation Ingénieur École Centrale de Lyon, est actuellement Directeur Délégué de Vinci Construction France, à Lyon, et a été en charge du pilotage du groupement d’entreprises qui a réalisé la réplique de la grotte Chauvet, baptisée « Grotte Chauvet 2 », maintenant connue sous le nom de « Caverne du Pont d’Arc ». Il décrit le processus de duplication avec les technologies du XXIe siècle du premier chef d’œuvre de l’humanité.

L’auberge des Dauphins

Martiel Duvert
L’innovation de ce bâtiment ne vient pas du style architectural, mais bien du mode de construction. En effet, le béton armé est choisi pour la structure. Il faut donc une maîtrise des matériaux pour soutenir une telle longueur de dalle. L’entreprise Hennebique est choisie comme bureau d’études et comme constructeur. L’aspect paradoxal entre le choix d’une ossature en béton armé et d’un style néo-classique pour l’architecture du bâtiment et ses façades inspirées du XVIIIe avec colonnes et médaillons, rend ce monument atypique.

MAI, JUIN 1940 Le périple du 12e Bataillon de chars de combat de Valence

Alain Coustaury
Devant l’effondrement de l’armée française, le maréchal Pétain, le 17 juin 1940, demandait les conditions d’un armistice à l’Allemagne. La défaite française de juin 1940 hante toujours les esprits. Il est pourtant nécessaire d’aborder historiquement ces semaines tragiques de mai-juin 1940. Quatre-vingts ans après les combats de la campagne de France, le périple d’une unité de l’armée française (12e bataillon de chars de combat BCC) basée à Valence, permet de se remémorer un des épisodes les plus sombres de l’histoire de France et d’entrevoir les conceptions de l’utilisation tactique et stratégique des chars d’assaut.
 

Sur les pas de jeunes Arméniens réfugiés au Liban et en Syrie

Jean-Sébastien Gauthier
L’organisation du génocide et des déportations qui l’accompagnent, par l’État Jeune-turc, a des conséquences sur le mouvement des populations arméniennes dans d’anciennes provinces ottomanes. Des personnes, qui achèveront leurs parcours d’exil à Valence, sont au nombre de ces victimes. Agop Kasparian, Marminée Manoukian et Setrak Simonian en font partie. L’auteur retrace également les premières années d’Antranik Nalbandian mort en 1958 et les destinées croisées des enfants Kessedjian.
 

Jean-Pierre et Joseph Franque, des peintres drômois méconnus

Jean-Claude Banc
Jean-Pierre et son frère jumeau Joseph-Boniface Francou qui prendront plus tard le nom de Franque, voient le jour à Buis-les-Baronnies en 1774. Pris en charge par Gaspard Louis Caze de la Bove, (intendant du Dauphiné, de 1784 à 1790), ils sont ensuite placés sous la protection du peintre Jacques-Louis David. L’auteur raconte le parcours artistique des jumeaux.

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus