Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Le cinéma UFOLEIS à Larnage

par AUED

Par Alain Coustaury

Études drômoises n° 78 (juin 2019)
pp. 22 à 26

Résumé d’après l’article

L’Union française des œuvres laïques pour l’éducation par l’image et le son (UFOLEIS), est une des associations de la Ligue de l’enseignement, mouvement d’éducation populaire créé en 1866 par Jean Macé dont un des buts est la défense de la laïcité.

Après 1945 plus de 2000 films tournés aux États-Unis sont prêts à déferler sur l’Europe.
Sur 23 films repérés, 7 viennent d’Hollywood.
La période couverte par le cahier se situe en pleine guerre froide.
L’intérêt moral des films était aussi pris en compte.
Malgré leur limitation, les films des USA rencontraient un grand succès commercial car, à l’opposé des films français, rappelant les souffrances de la guerre, ils faisaient rêver et donnaient de l’espoir.

Dans de nombreux villages existait une confrontation idéologique entre l’école publique et le milieu catholique et le cinéma périscolaire s’y plaçait.
Cette introduction est nécessaire pour comprendre dans quel contexte se déroulaient, entre 1957 et 1960, les séances de cinéma dans la salle de classe de l’école de garçons de Larnage, la commune ne possédant pas de salle des fêtes.

La première séance est marquée par la présentation du film Larnage, réalisé par René Simard et Raymond Coustaury.
Le film est découpé en séquences annoncées par un titre définissant le sujet. Tous les dessins ont été réalisés à la main, crayon blanc sur page noire.
Au-delà des scènes de la vie quotidienne, trois thèmes essentiels sont mis en valeur : la production des abricots, la viticulture et la fabrication de briques réfractaires.

Le film réalisé pendant l’été 1957 est présenté le 16 novembre 1957 dans la salle de classe des garçons de l’école publique.
Les craintes des réalisateurs de ne pas rencontrer le succès et de ne pouvoir faire face au coût du film furent vite levées.
388 spectateurs assistèrent aux représentations pour une population de 550 habitants !

La séance classique commence par la projection de courts films documentaires. Le temps nécessaire à la mise en place des bobines est mis à profit pour la vente de gâteaux et la tenue d’une buvette.

La programmation est marquée par la projection de films commerciaux du moment mais l’essentiel des films peut être défini comme films familiaux.

Les bénéfices permettent le financement de diverses activités : voyages scolaires, Croix rouge, pupilles de l’école publique, catastrophes naturelles…
L’exemple des séances de cinéma à Larnage dans le cadre de l’UFOLEIS est un bon révélateur de l’ambiance qui régnait dans une modeste commune drômoise, une dizaine d’années après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Présentation filmée du village (1957)
Utilisation de la recette

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus