Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Le château de Châtillon-Saint-Jean

par AUED

Par un collectif d’auteurs

Études drômoises n° 71 (octobre 2017)
pp. 19 à 21

Résumé d’après l’article

La construction de cette Maison Forte dauphinoise, inscrite à l’inventaire des Monuments historiques, semble remonter aux alentours de 1470, comme l’indiquent certains vestiges gothiques.
Elle avait, pour vocation première, la défense des lieux et s’est transformée en demeure de plaisance sous l’influence de la Renaissance, du changement des mœurs, de l’évolution de la pensée et l’adoption d’un nouvel art de vivre, venu d’Italie.
Le cas est assez fréquent dans la première moitié du XVIe.

L’actuel village de Châtillon-Saint-Jean était alors formé de deux communes bien distinctes : Châtillon, dans les premières collines au nord-ouest et Saint-Jean d’Octavéon, partie visible autour de l’église.
Le maître des lieux était donc seigneur de Saint-Jean d’Octavéon.

La demeure a été bâtie à même le rocher, sans fondations ni cave. À la fin du siècle dernier, il a fallu créer un vide sanitaire pour assainir les sols du rez-de-chaussée, les lames du parquet se soulevaient sous l’effet de l’humidité.

À l’origine, le bâtiment comportait un troisième étage, démoli pour raisons financières.
Il faut attendre la Révolution pour apprendre, dans le récit de soulèvements, que les villageois soutinrent et défendirent leur seigneur, marquis de Bourchenu, qu’ils protégèrent des sévices de cette période agitée.

À l’intérieur du château, les poutres et solives d’origine de l’ancienne salle des gardes de la Maison Forte, aujourd’hui, salle à manger, sont classées, ainsi que la cheminée antérieure à la Renaissance, et le plafond de la grande pièce du 1er étage, elle-même transformée en chambres. Le 30 septembre 1806, monsieur François Clément l’acquiert. Ruiné, criblé de dettes, il entame sa démolition, vend les tuiles et les pierres d’une tour. C’est son frère Antoine qui rachète cette demeure et en arrête ainsi la destruction.

Actuellement, c’est Jeannette Vautherin, épouse du peintre Éric Vautherin récemment disparu, qui occupe le château.

Le château
Croquis du château, par Éric Vautherin

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus