Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Le musée Palué a 15 ans

par AUED

Par Jacques Delatour

Études drômoises n° 64 (décembre 2015)
pp. 38 à 40

Résumé d’après l’article

Quinze ans après sa création, le musée est devenu un des lieux les plus visités de la Drôme, avec 16 000 visiteurs en 2014. Qui l’eut dit ?

Quelles sont les raisons de ce succès ?

D’abord, la qualité des œuvres de Pierre Palué et de ses amis de la Nouvelle École de Paris, certes. Mais ensuite c’est la qualité du lieu qui l’accueille : la tour Courbis du XVIe à fenêtres à meneaux et escalier de pierre à colimaçon, à quelques pas du Rhône et du quai de débarquement des bateaux. Il le doit enfin à l’apport régulier des bateaux de croisière de plus en plus nombreux sur le Rhône. Enfin, le succès du musée repose sur l’énergie et l’inventivité de Marie Palué qui s’est donné pour buts la sauvegarde et la valorisation de l’œuvre de son père. Sans elle le musée n’existerait pas.

Elle est aidée dans cette tâche par l’Association des Amis de Pierre Palué qui gère le musée, veille à l’entretien et à l’amélioration des locaux, ainsi qu’au respect des règlements en vigueur.

Au départ, Pierre Palué s’intéresse surtout à la photo.
Prisonnier évadé, alors qu’il se cache à la pharmacie Chancel de Saint-Donat, le préparateur Jean Laville lui dit : « Puisque tu n’as plus d’appareil photo, pourquoi ne ferais-tu pas des aquarelles ?
Son apprentissage se fait à l’École d’art de Valence auprès du maître Bernezat.

Une expo marque les débuts de sa carrière : celle des Sanzistes à Lyon en 1947 où il est aux côtés de Cottavoz, Fusaro, Lauran,Truphémus.

Sa grande habileté c’est de rester dans le petit village drômois de Chavannes et de réussir à y faire venir tout ce que l’époque compte à Paris de peintres et de critiques d’art connus.

C’est un débrouillard. Prisonnier avec quelques milliers d’autres dans un champ détrempé à Chateaubriand, il réussit à se procurer une bâche pour se protéger de la pluie et trouve du chocolat et du fromage.
Un autre aspect de Pierre Palué c’est son talent pédagogique : il a retenu la leçon de Paul Bernezat et la transmet à ses élèves de l’École d’art de Romans qui lui resteront fidèles. Il rédige une série d’articles sur la technique des grands peintres où il parle avec précision et talent de Van Gogh, Vermeer et Goya.

Le peintre était de talent et l’homme était attachant.

Grand paysage avec coquelicots
Chavannes en automne

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus