Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

L’impact de la guerre sur l’école primaire

par AUED

Par Jean-Claude Daumas

Études drômoises n° 61 (mars 2015)
pp. 4 à 7

Résumé d’après l’article

1914-1918 à travers le Bulletin départemental de l’instruction primaire de la Drôme.

Globalement, on peut tabler sur plus d’une cinquantaine de morts à la fin de la guerre pour plus de 200 mobilisés, ce qui correspond à un taux de pertes de l’ordre de 20 à 25%, contre 19% pour l’ensemble de la France.

Il a fallu, dès la rentrée de 1914, combler le vide laissé par le départ des mobilisés : tous les moyens furent utilisés : suppressions de classes, réunion d’écoles, retraites différées, embauche de jeunes retraités, de réfugié(e)s dans la Drôme, d’auxiliaires (élèves-maîtres et maîtresses), de suppléants et surtout de suppléantes.

La féminisation du corps des enseignants s’accentue.

Si les jeunes instituteurs sont partis au front, les autres et les institutrices furent chargés de multiples tâches évoquées par l’Inspecteur d’Académie de la Drôme dans son rapport du 1er août 1915 :

« … secrétariat de mairie … service des malades et des blessés … garderie de jeunes enfants pendant les vacances… ouvroirs pour différentes œuvres d’assistance…»

Du souci de l’hygiène à l’ordre moral : Régulièrement les enseignants sont sollicités pour promulguer des conseils que leurs élèves sont censés transmettre à leurs parents (hygiène, alcoolisme, patriotisme).

Les élèves eux-mêmes sont mobilisés dans au moins trois domaines :

• Vêtir les soldats : dans les écoles de filles … les heures de travail manuel, afin de fournir des vêtements d’hiver et du linge à nos soldats » [9 octobre 1914].

• Financer l’œuvre des pupilles : L’imagination n’a pas manqué pour trouver de l’argent afin de venir en aide aux orphelins de guerre.

• Produire de la nourriture : C’est à coup sûr le chantier le plus important, proposé en priorité aux garçons, et qui fait l’objet de rappels réguliers à partir de 1915, car c’est « un devoir patriotique de travailler à accroître la production agricole.

Même si ce n’est plus lié directement aux élèves, il faut signaler qu’à partir de 1917 les services agricoles de la Drôme publient dans le Bulletin d’importantes notices destinées à améliorer la situation alimentaire : la marmite norvégienne (autoclave), la dessiccation des fruits, etc.

Ces éléments sont loin d’être exhaustifs ; ils évoquent cependant l’essentiel des thèmes contenus dans 4 à 5 ans de Bulletin.

École faite dans une cour de ferme par un maitre soldat (Alsace, 1914-1915)
En-tête du bulletin de l'instruction primaire de la Drôme (1915)
Élèves occupés à la fumure d'un terrain (1917)

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus