Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Les coulisses de l’histoire : Guy Martin et Jules Moch

par AUED

Par J.-C. Banc, J. Delatour, A.-M. Ravel

Études drômoises n° 60 (décembre 2014)
pp. 24 à 29

Résumé d’après l’article

 

Guy Martin évoque ses souvenirs concernant les liens qui ont uni sa famille à celle de Jules Moch, homme politique, né le 15 mars 1893 à Paris, décédé le 1er août 1985 à Cabris.

Guy Martin, né le 10 novembre 1928 à Valence, est élevé par ses grands parents maternels, Eva et Pierre-Xavier Baldovini, un homme très actif et entreprenant.

Grace à l’appui efficace de ce dernier, Jules Moch est élu député de la Drôme en 1928, puis réélu de 1932 à 1936.

Au printemps 1936, Guy Martin et son grand-père Pierre-Xavier Baldovini accompagnent Jules Moch en tournée dans la Drôme pour sa 3e campagne électorale mais, bien que le Front populaire remporte la victoire, le socialiste Jules Moch est battu. Malgré son échec électoral, il est nommé secrétaire général du gouvernement par Léon Blum.

C’est ainsi que depuis la villa Cyrnos, à Valence (résidence des Baldovini), Jules Moch, probablement à la demande de Léon Blum, lance de multiples appels téléphoniques et organise des ventes d’armes, fictivement à la Lituanie et au Mexique qui ne sont pas signataires du pacte de non-intervention, pour, en réalité, les faire passer aux républicains espagnols.

Le 10 juillet 1940, Jules Moch est l’un des quatre-vingts parlementaires qui refusent de voter les pleins pouvoirs à Pétain. Il est emprisonné en septembre à Pellevoisin, dans l’Indre, avec Max Dormoy et Vincent Auriol puis à Aubenas et à Vals.

Libéré début 1941, il entre en Résistance puis crée le mouvement « 1793 » chargé de sabotages dans l’Aude et en Ardèche.

Guy Martin, lui, passe la guerre au collège du Chambon-sur-Lignon où, à 15 ans ½, le libraire Barbezat le fait entrer dans l’Armée secrète.

Vu son jeune âge, sa grand-mère refuse qu’il parte en actions opérationnelles du maquis et il se retrouve agent de liaison.

Les années d’après guerre voient les relations entre Jules Moch et les Baldovini s’intensifier mais la période est politiquement difficile et le ministre de l’Intérieur qu’est devenu Jules Moch doit prendre des décisions brutales vis-à-vis des grévistes communistes.

Le service militaire de Guy Martin se poursuit, à sa demande, par un engagement en Indochine où il est décoré par le général de Lattre de Tassigny en 1951.

Revenu d’Indochine, il devient dessinateur de presse libéral et signe ses croquis « Baldo ».
On lui doit de très nombreuses caricatures.

Guy Martin
Jules Moch
Signées Baldo

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus