Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

La communauté Barbu dans la Résistance drômoise

par AUED

Par Michel Chaudy

Études drômoises n° 60 (décembre 2014)
pp. 6 à 11

Résumé d’après l’article

La Communauté de travail Boimondau est très connue des Valentinois.

Cette réalisation sociale a fait beaucoup parler d’elle et nombreux sont les visiteurs du monde entier venus la voir. Mais ce que l’on connait moins, c’est sa place et son rôle dans l’organisation de la Résistance dans la Drôme entre 1941 et 1944.

C ’est à la fin de l’année 1940 que Marcel Barbu, mettant à jour ses idées, décide de passer à la réalisation d’une entreprise pas comme les autres, totalement au service de l’Homme.
1941, c’est l’année de la création de la manufacture de Boîtiers de Montres du Dauphiné (Boi-Mon-Dau).

1941-42, pendant que la communauté se développe et s’affirme, de nombreuses rencontres ont lieu avec les mouvements qui prônent aussi des idées innovantes.

Jusqu’en juillet 1942, le maréchal Pétain est respecté de Barbu mais la mise en place de la Relève (trois travailleurs français partent en Allemagne et permettent le retour d’un prisonnier de guerre) va faire basculer leur confiance en Pétain.

Fin 1942, Marcel Barbu fait partie de ceux qui depuis quelques mois « tissent » la Résistance dans la Drôme, peut-être avec cette arrière-pensée que la Communauté ne peut se développer que dans une France libre.

Le 11 novembre 1942, l’armée allemande occupe la zone libre du sud de la France.

La Communauté, le mouvement des Compagnons de France, se mettent alors au service du lieutenant Arnaud, ainsi que de la Compagnie d’Étoile, qui formeront le secteur centre de la Résistance.

1943 est un tournant pour la Communauté.

En janvier, elle se porte acquéreuse de la ferme de Mourras, à Combovin, aux contreforts du Vercors.

Deux objectifs de sécurité pour cette ferme : les familles de la Communauté, pourront trouver là un supplément de ravitaillement, et pour tous, un lieu pour se cacher.

Cache d’armes, refuge provisoire pour des Résistants, oasis pour tous ceux qui sont pourchassés, la Communauté bénéficie d’un réseau d’amis résistants dans tous les milieux.

Mais en septembre 1943, les Italiens signent l’armistice, l’armée allemande prend pleinement possession de la Drôme et l’étau se resserre autour de la Communauté.

Début mars 1944, la ferme de Mourras est incendiée. L’usine de Valence est pillée, la villa de la famille Barbu est incendiée, Marcel Barbu recherché.

Alors, Marcel Barbu, Résistant 39-45 ? À chaque lecteur de se faire son opinion…

Un atelier
Un moment de détente

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus