Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Louis Saillant, un Drômois hors pair

par AUED

Par Pierre Vallier

Études drômoises n° 54 (juin 2013)
pp. 18 et 19

Résumé d’après l’article

Patron de la Fédération syndicale mondiale il a été le dernier président du Conseil de la Résistance.
Il y aura bientôt quarante ans disparaissait Louis Saillant, une personnalité hors série de la Drôme qui possédait une fameuse carte de visite.

Militant syndicaliste d’envergure et résistant hors pair, ce fils d’un cordonnier d’Étoile, était né à Valence, 36 rue du Pont du Gât, et vécut ses jeunes années dans cette ville, dans le quartier de la Place de la Pierre, et donc de la Bourse du Travail, comme un signe du destin.

Devenu secrétaire national de la Fédération du bois, il figure au premier rang lors des grèves de 1936. En 1940, il signe le Manifeste des douze qui annonce une résistance déterminée au gouvernement de Vichy et à ses lois antisémites.
Par ailleurs, Saillant s’engage dans la Résistance et devient un dirigeant du réseau Libération Nord dans lequel il s’illustre. Désormais il apparaît comme le lien essentiel entre les tendances syndicales et les diverses organisations de la Résistance ce qui explique la carrière fulgurante qui l’attend dans ces deux secteurs.

Ainsi, en 1940, chargé de l’organisation de la Résistance au sein de la CGT, il participe à la création du Conseil national de la Résistance sous la présidence de Jean Moulin et devient membre du bureau. À la Libération, Louis Saillant est élu président du C.N.R et, ce que peu de gens savent, il l’était encore à sa mort.

En 1944, secrétaire confédéral de la CGT, il est, après la conférence de Londres et de Paris, élu secrétaire général de la Fédération syndicale mondiale, et aura son bureau successivement à Paris, Vienne et Prague, chef de file de dizaines de millions d’adhérents répartis dans les cinq continents.

Cependant, Louis Saillant n’avait rien oublié de son enfance, même exilé loin de la Drôme, à la tête de la F.S.M il était toujours en lien permanent avec le pays natal.

Certes, il avait le goût et le sens des luttes syndicales, comme il avait conservé l’esprit de la Résistance, mais l’amour du théâtre, de la musique et du sport était très vif en lui.

Une vie extraordinaire pour Louis Saillant, un homme qui sortait également de l’ordinaire.

Louis Saillant
La tombe de Louis Saillant au cimetière de Romans

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus