Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Les musées et le mémorial de la Résistance dans la Drôme

par AUED

par Alain Coustaury

Études drômoises n° 52 (décembre 2012)
pp. 6 à 12

Résumé d’après l’article

Le musée de Vassieux.
Chronologiquement, c’est le musée de Vassieux qui a été le premier ouvert au public. Il s’inscrit dans les lieux de mémoire qui parsèment le Vercors. Œuvre d’un Résistant, il tient une place prépondérante pour diverses raisons. Précurseur, créé avant le mémorial du col de la Chau, il reçoit un nombre de visiteurs supérieur à ce dernier.
Le musée est situé dans le village. Son originalité est de présenter l’histoire de la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, particulièrement celle du Vercors, à travers la vision d’un homme, Joseph La Picirella (1924-2010). L’exposition se présente sous la forme de deux salles avec un parcours chronologique de l’histoire militaire du Vercors, illustré d’une masse considérable d’objets et de documents.

Ce musée caractérise le type des musées de la Résistance de première génération, c’est-à-dire créés avant les années 1980.
Par rapport aux musées de la même génération, le musée de Vassieux-en Vercors se distingue par la richesse et l’abondance de ses collections d’objets.
En 1999, Joseph La Picirella cède son musée au Conseil général de la Drôme qui prend en charge sa modernisation. Le musée rénové a été inauguré le 26 juin 2010 en présence du président du Conseil général et d’autres personnalités drômoises.

Le centre historique de la Résistance de Romans.
Un autre musée de la Résistance, moins connu, existe dans la Drôme. C’est le Centre historique de la Résistance en Drôme et de la Déportation de Romans-sur-Isère, devenu musée de la Résistance en Drôme et de la déportation de Romans-sur-Isère. Le musée est l’œuvre de Résistants qui l’ont pensé et réalisé avec le soutien de la ville de Romans et inauguré le 22 juin 1974.

Le parcours des trois salles se fait en passant d’une salle aux murs clairs, symbolisant la liberté à une deuxième plus sombre et à une troisième quasiment obscure matérialisant l’horreur de la déportation. Le retour s’opère de l’obscurité à la lumière représentant la Libération.

Il accueille environ vingt mille visiteurs par an. Le centre historique de la Résistance à Romans

Le mémorial du col de La Chau
D’une autre envergure, visant une dimension nationale, voire internationale, le Mémorial du col de La Chau domine majestueusement le val de Vassieux.

Ce projet est « réveillé » par la prise de conscience du vieillissement des anciens du Vercors qu’il est nécessaire de « laisser quelque chose qui reflète le plus exactement possible ce que nous avons été ». L’initiative vient de l’Association des Pionniers du Vercors.

En 1987, lors de leur congrès de mai, les Pionniers se prononcent pour la création d’un site national historique de la Résistance. Le projet est relayé par le parc naturel régional du Vercors (PNRV) qui en devient le maître d’œuvre. Le site est choisi : à 1 300 mètres d’altitude, proche du col de La Chau. Il domine le val de Vassieux situé à 1 050 mètres.
Le Mémorial est inauguré le 21 juillet 1994 par Édouard Balladur, alors Premier ministre, remplaçant le Président de la République François Mitterrand, hospitalisé.

Avec deux musées et un Mémorial de la Résistance, la Drôme possède trois lieux de mémoire qui permettent d’aborder raisonnablement l’histoire de la Résistance drômoise.

Le musée de Vassieux après restauration
Le centre historique de la Résistance à Romans
Le mémorial du col de la Chau

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus