Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Quand Maurice Savin dessinait des chaussures

par AUED

Par Jean-Jacques Bompard

Études drômoises n°40 (décembre 2009)
pp. 17 à 19

Résumé d’après l’article

Maurice Savin est né le 17 Octobre 1894 à Moras en Valloire (Drôme) de parents valentinois, son père étant médecin.

En cette fin du XIXe siècle, la fabrication de la chaussure s’apprête, pourtant, à connaître, avec les débuts de la mécanisation, une profonde évolution qui va ouvrir la voie à une croissance de plusieurs décennies. C’est en effet en 1895 qu’un jeune romanais, Joseph Marie Noël Fenestrier, ayant à peine atteint l’âge de la majorité, décide de reprendre une petite fabrique de souliers, à laquelle il donne son nom en 1898. Il crée, en 1907, la marque UNIC qu’il promeut au premier rang des marques françaises de chaussures de luxe en moins de 10 ans.

Le jeune Maurice Savin fait, alors, ses classes au lycée de Valence ; il sera, 50 ans plus tard, un fidèle client de cette grande marque de souliers pour hommes. Il séjourne régulièrement dans la Drôme dont il apprécie les grands vins des Côtes du Rhône.

De nouveaux liens avec la ville de Romans
C’est Pierre Palué, le peintre de Chavanne et organisateur dès 1953 du « Salon de Romans », qui rencontra Savin en 1954 et le mit ensuite en relation avec divers responsables de la chaussure de Romans. Parmi ceux-ci, Lucien Bompard (des chaussures UNIC) auquel Maurice Savin ne va pas tarder à s’adresser pour se faire fabriquer des chaussures correspondant à ses goûts et à sa morphologie.

Les chaussures de Maurice Savin

À l’usage, ses premières paires de chaussures UNIC, des Derby noirs, avaient donné toute satisfaction à Maurice Savin qui écrit, le 2 Novembre 1959, à Lucien Bompard:”Vous m’avez gâté en me faisant fabriquer des modèles de souliers épatants dont je suis ravi”. Il exprime, alors, le souhait de bénéficier de la fabrication “hors normes”de chaussures adaptées à sa morphologie (il chausse du 10E) et joint des croquis à ses demandes.

Entre 1959 et 1966, plusieurs demandes accompagnées de dessins précis, sont satisfaites par l’usine UNIC et cela ne cessera qu’avec la fermeture de l’usine.

Le 1er Août 1972 la ville de Romans représentée par son maire, reçoit du docteur Morel, agissant en tant que mandataire de Maurice Savin, l’ensemble des gravures et lithographies de l’artiste, pour être exposées dans les locaux du musée de la chaussure.

Le 27 novembre 1972, un an avant sa mort, Maurice Savin est venu une dernière fois à Romans pour inaugurer les salles qui lui sont consacrées.

2 croquis de Maurice Savin

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus