Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Maurice Pic (1913-1991)

par AUED

par Jean-Noël Couriol

Études drômoises n° 39 (octobre 2009)
pp. 12 à 14

Résumé d’après l’article

Né dans le Vaucluse, fils d’un instituteur rigoureux et laïque, il poursuit de bonnes études qui l’amèneront enseignant au lycée de Beauvais.

Affecté en août 1939 dans un régiment d’infanterie, il est fait prisonnier, s’évade en 1942 et regagne la France, nommé professeur au collège de Montélimar.

Le 30 août 1944, il est investi comme président du comité de libération de Châteauneuf-du-Rhône, commune dont il devient maire.
C’est le début d’une longue carrière politique.

Le conseiller général (1945-1985)

Élu conseiller général en septembre 1945, il y siégera sans discontinuer pendant 40 ans, dont trente ans de présidence.
Cette longue période verra la réalisation de très nombreux projets qui justifient l’attribution au département en 1979 du prix de la Vie Française de l’Expansion régionale et de la qualité de la vie.

Il est battu en 1985 à l’âge de 72 ans

Le sénateur et député (1947-1989)

Il devient en 1947 l’un des plus jeunes « conseiller de la République » (sénateur). Très actif, il intervient sans cesse dans les débats. Élu député de la Drôme en 1958, il accomplit quatre mandats successifs avant de redevenir au sénat.

Le maire de Montélimar (1959-1989)

Pendant trente ans, soit cinq magistratures successives, Maurice Pic va marquer de son empreinte la ville de Montélimar, dont la population passe de 13 000 à 30 000 habitants.

Le secrétaire d’État (1956-1958)

De février 1956 à avril 1958, Maurice Pic participe comme secrétaire d’État à l’Intérieur, à trois cabinets ministériels successifs où il a répondu à de nombreuses questions orales ou écrites.

Les autres fonctions

L’ampleur des responsabilités assumées par Maurice Pic au cours de sa carrière publique sur le plan international, national et départemental ne manque pas d’impressionner.

Un caractère

Impressionnant ni par sa taille ni par ses traits physiques, il était pourtant un leader. Ses colères homériques, vraies ou simulées étaient célèbres, ainsi que sa totale incapacité à être à l’heure à ses rendez-vous.

Il décède le 30 janvier 1991, veille du déclenchement de la guerre du Golfe qui occulte en partie l’événement. Sa tombe, au cimetière de Montélimar, voisine avec celle d’Émile Loubet.

1985, à l'aéroport de Chabeuil, accueil du premier ministre Laurent Fabius
Maurice Pic et Alain Savary inaugurent le lycée professionnel de Tain

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus