Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

La chapelle Saint-Pierre et les fouilles de Peyrus

par AUED

Par Pierre Payen

Études drômoises n° 30 (juin 2007)
pp. 31 à 33

Résumé d’après l’article

Le village de Peyrus possède, sur une petite éminence, un cimetière très ancien au milieu duquel a été construite, au XIIIe siècle, une modeste chapelle dédiée à Saint-Pierre, qui a résisté à tout.

Construite avec le tuf extrait localement, elle a été classée monument historique en 1964.

Édifiée en trois étapes, cette chapelle se caractérise avant tout par sa simplicité : par exemple elle ne dispose que d’un modeste clocheton à cloche unique, les murs sont blanchis à la chaux, les chapiteaux ne présentent aucune sculpture. L’autel, très modeste lui aussi, est composé d’une table de marbre blanc soutenue par quatre colonnettes légèrement coniques.

En 1991, le cimetière devant être agrandi, la Direction des Antiquités historiques délivra une autorisation de fouilles de sauvetage pour 1992 et 1993. Cela permit de dégager partiellement un grand bassin de 30m de longueur. Parmi les débris gisant au fond, de nombreux vestiges gallo-romains furent trouvés, fragments de tegulae, moitié d’un bol de fine poterie, moulures, mosaïques.

Le cimetière médiéval du XIIe implanté sur le site gallo-romain, les fouilles mirent à jour de nombreuses sépultures rectangulaires ou trapézoïdales, confectionnées de lauzes de calcaire, mais ne renfermant aucun mobilier, contrairement aux sépultures romaines.

La chapelle de Peyrus a sa légende : elle renfermait une clé miraculeuse qui avait le pouvoir de guérir de la rage ou des morsures venimeuses…

La chapelle Saint Pierre
Une sépulture

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus