Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Chabeuil

par AUED

par Robert Portal et Jacques Delatour

Études drômoises n° 51 (octobre 2012)
pp. 25 à 31

Résumé d’après l’article

Si le nom – Chabeuil – est d’origine incertaine, une colline percée de grottes refuges avec à ses pieds une rivière était propice à une implantation précoce.

Aux temps obscurs du Moyen-Âge, la cité vit à l’abri de ses remparts, percés de trois portes.

Seule subsiste la porte monumentale construite au XIIIe siècle et sauvée in extremis en 1850 d’une rage destructrice. Érigée sur une assise probablement gallo-romaine, elle était munie d’une herse dont la rainure est encore visible et qui vient d’être restaurée. Elle protégeait des intrusions en cas de conflits et d’épidémies.

Dès 1247, les seigneurs-maîtres de Chabeuil se voient remplacés par Jean II, dauphin du Valentinois, comte d’Albon et seigneur de La Tour du Pin, qui veut bien accorder à ses fidèles sujets une charte de libertés et de franchises.

Dès le XVe siècle, Chabeuil peut se vanter d’une institution originale, la Cour des Conventions, qui relève du Parlement de Grenoble et rend la justice de paix jusqu’à la Révolution.
Au XVIIe siècle, Louis XIV fait don à Honoré de Grimaldi du duché du Valentinois et de la châtellenie de Chabeuil.
La Révolution met fin au règne peu contraignant des Grimaldi. Chabeuil a l’honneur d’être choisi pour réunir les 317 grands électeurs, qui doivent désigner le chef lieu du département nouvellement créé.

Les monuments : le plus récent, la maquette de 9 mètres de haut à damier rouge et blanc de la fusée que Tintin emprunte pour aller sur la lune. Citons encore l’imposant hôtel de ville, le monument aux morts, l’église Saint-Jean-Baptiste actuelle, en pierre de tuf de la Saône qui a la forme d’une croix grecque, c’est-à-dire d’une croix à quatre branches égales, comme Sainte Sophie à Istambul ! Et encore trois châteaux.

Parmi les personnages célèbres, citons le comte Jean Espérance de Laurencin, Jean-Joseph Victor Génissieu, élu député de l’Isère à la Convention de 1792, Championnet, qui étudie au collège de Chabeuil, Général de Napoléon Bonaparte, Paul Jacques Bonzon, douze ans instituteur à Chabeuil.

Guerres de religion : Chabeuil a été l’objet des siècles durant de guerres entre catholiques et protestants. Prise par les calvinistes, elle est délivrée par le capitaine Gordes en 1568. Cinq ans plus tard, elle est reprise par les troupes protestantes de Montbrun. Gordes revient, assiège la cité mais malgré des complicités dans la ville ne réussit pas à la reprendre. Finalement Montbrun se retire laissant derrière lui une ville saccagée, avec ses églises et son hôpital détruits.

Moyens de communication. Chabeuil a connu diligences, calèches et carrioles ; en 1894 est arrivé le train reliant Valence à Bourg-de-Péage ; ce petit train à vapeur, baptisé tram ou tacot, a quelques voitures à plateformes pour les voyageurs, qui, assis sur des banquettes longitudinales, jouissent du confort de bouillottes en hiver.

Le terrain d’aviation de La Trésorerie a d’abord été un hippodrome avant d’être racheté par la Chambre de commerce et d’industrie qui, en 1937, en fait l’aérodrome de Valence. Aujourd’hui l’aérodrome sert aux hélicoptères civils, au vol à voile, à l’aéroclub et à la base militaire du GAMSTAT.

L'hôtel de ville et la porte
L'église

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus