Association universitaire d'études drômoises
L'AUED est une association reconnue d'utilité publique qui édite Études drômoises, la revue du patrimoine de la Drôme

Nos ancêtres des Gandus

par AUED

Par Jean-Claude Daumas et Robert Laudet

Études drômoises n° 33 (mars 2008)
pp. 28 à 33

Résumé d’après l’article

Situé à l’entrée des gorges de Trente-Pas, à une dizaine de km au nord de Nyons, le gisement protohistorique des Gandus fut découvert en 1978 par Gilles Pillet.

Les maisons, dont les vestiges sont étudiés, furent édifiées sur un éboulis pierreux, en pente d’environ 30°, au pied d’une barre rocheuse.

Des terrasses d’à peu près 3 m de large accueillent, sur différents niveaux, ces habitations construites en matériaux légers (bois, roseaux, torchis…)

Élément essentiel de la vie quotidienne, la recherche, l’obtention et la préparation de la nourriture ont laissé de multiples traces qui permettent de s’en faire une idée précise.
Les céréales (blés, épeautre, orge), les légumineuses (fèves, lentilles, gesses) et le fruit le plus répandu – la pomme – vont former pour au moins 2,5 millénaires, la base de la nourriture végétale dans nos régions. L’élevage (bœuf, porc, ovins, caprins) et la chasse complètent ce régime.
Un four culinaire apporte des éléments très intéressants sur l’art de vivre des habitants.

Après la nourriture, c’est la fabrication des objets, ustensiles, outils, parures et habits nécessaires à la vie de tous les jours qui occupe les villageois et montre leur grand savoir-faire.

Des « fusaïoles » bien conservées attestent de travaux de filature, de la laine en priorité.
Des objets en bronze, de petite taille (car les objets détériorés étaient refondus), se retrouvent ici : quelques outils (rivets, burins, aiguilles), de nombreuses épingles, typiques de l’âge du bronze, des éléments de parure (anneaux, bracelets, pendeloques).

De nombreuses céramiques, enfin, dont la forme et la finition variaient selon leur usage : des jarres, des urnes, des vases fins, des coupes, des coupelles qui toutes présentent un pied étroit, ce qui peut laisser penser qu’elles reposaient sur des supports.

La fin de l’âge du bronze est sans aucun doute l’époque qui a vu l’utilisation du plus riche corpus décoratif de toute la préhistoire et protohistoire ; les Gandus l’illustrent parfaitement.

Nos connaissances sur la préhistoire récente se précisent et, paradoxalement, nous sommes souvent mieux renseignés sur la vie quotidienne de ses habitants que sur celle de nos ancêtres plus proches, en particulier de la fin de la période Gallo-romaine jusqu’au cœur du Moyen Âge…

Le chantier de fouilles
Le vase bulbeux qui bouchait la cheminée du four

Ce site utilise des traceurs (cookies) afin d'améliorer votre expérience de navigation. Si vous les acceptez, cliquez sur "Accepter". Pour en savoir plus et paramétrer les traceurs, cliquez sur "En savoir plus". Accepter En savoir plus